Comparons les bouleversements que provoquent l’arrivée d’un enfant et la survenue de la dépendance chez un proche. Lorsqu’on attend un enfant, la famille, les amis, les collègues sont présents. A la naissance de l’enfant, les parents reçoivent des cadeaux qui sont autant d’encouragements à vivre cette expérience merveilleuse, bien que fatigante.En savoir plus
Quand nous vivions seuls, je ne dormais pas non plus. D’habitude je dors 4 heures par nuit, quand j’y arrive. Mais là, j’avais peur de me réveiller et de trouver Marc en pleine crise cardiaque ou ayant besoin de moi. Malgré ces angoisses, j’y suis arrivée. J’arrive à travailler et à m’occuper de Marc. Cela me stresse beaucoup, mais je continue…En savoir plus
Aider quelqu’un peut conduire à moins s’occuper de soi. Les priorités changent avec la progression de la maladie et la vie personnelle peut prendre la dernière place dans la liste des tâches à accomplir. S’occuper d’un proche n’est pas une tâche facile, mais il est important de comprendre que pour aider quelqu’un il faut également penser à soi. Etre en forme du point de vue psychologique et physique permet d’être plus efficace dans la relation d’aide.En savoir plus
Le stress fait partie de la vie de tous les jours. Pour les aidants, il peut avoir des impacts négatifs sur la santé. Le stress n’est pas toujours négatif. Il peut parfois nous alerter face à de possibles dangers ou nous pousser à atteindre nos buts ou à accomplir une tâche. Mais lorsque la pression devient trop forte ou persistante, vous tendez à croire que vous êtes incapables de faire face à la situation.En savoir plus
Quand vous vous sentez stressé, vous avez tendance à respirer vite ou à un rythme saccadé. Cela provoque de l’hyperventilation et donne la sensation de suffoquer. La façon de respirer est fondamentale dans les techniques de relaxation car, en cas de situation de stress, une respiration maitrisée permet de vous soulager…En savoir plus
« Le moment plus difficile à traverser, c’est lorsqu’on on a diagnostiqué la démence d’Andrew. Personne n’y croyait, ni moi, ni lui. J’ai dû faire face à cette situation, je me sentais seule, mon monde était complétement bouleversé. Il était en train de changer, je ne comprenais pas pourquoi. J’ai commencé à comprendre quand les autres ont commencé à m’apprendre à affronter la maladie ; jusque-là, je me sentais très seule. »…En savoir plus